RICHARD EIGNER / RÉSIDENCE INTERNATIONALE - HAUTE-AUTRICHE ET PERFORMANCE SONORE / DENOISING

RICHARD EIGNER
10.09 — 28.10 / 2018

C’est avec grand plaisir que Sporobole accueille l’artiste autrichien Richard Eigner, du 11 septembre au 29 octobre 2018.

///Denoising///

Débruitage acousmatique pour 16 canaux

Durant mon séjour à Sporobole, j’ai l’intention de travailler sur une composition acousmatique pour multicanaux à partir de divers enregistrements fait sur le terrain de Sherbrooke et des environs.

« Denoising Field Recordings » documente une première tentative d’utilisation créative des techniques de débruitage. Au lieu d’utiliser des algorithmes de réduction du bruit pour l’usage auquel ils sont destinés (restauration de signaux audio endommagés), ces processus sont appliqués à divers enregistrements faits sur la rue et dans des lieux publics tels des enregistrements de trains et de transports publics. En raison du fait que ces enregistrements sont entièrement constitués de bruits, cette opération transforme les originaux en un  étrange hybride d’artefacts de traitements nouvellement introduits, de silence occasionnel et de traces sporadiquement audibles des enregistrements originaux faits sur le terrain.

Les questions posées ici sont : quel genre d’esthétique sonore peut émerger lors du dénuement d’enregistrements sur le terrain ? Quels sont les paramètres audibles capables de résister à ce « processus d’effacement audio » ? Comment ces traces sont-elles comparables aux rémanences visuelles de l’effacement d’un dessin de Kooning par Robert Rauschenberg ?

« Denoising Noise Music » applique des processus de restauration audio à diverses compositions de musique « noise » des premières pièces de Luigi Russolo et Pierre Henry, à des œuvres contemporaines de Merzbow et de Fennesz. En raison du fait que dans la majorité des cas, la musique « noise » manque de structures musicales traditionnelles telles que l’harmonie et la mélodie, cette opération efface les compositions originales, à l’exception de quelques traces sporadiquement audibles.

/////

Pour la présentation de ma résidence d’artiste à Sporobole sur le thème du débruitage, je vous invite cordialement à vous joindre à moi pour une expérience auditive. Pendant toute la durée de la présentation/performance, je retirerai le « bruit du paysage sonore » en temps réel, en utilisant des outils de restauration audio modernes. Quel genre d’esthétique sonore peut émerger en dénudant l’ambiance sonore des sonorités sherbrookoises ? Quels sont les paramètres audibles capables de résister à ce processus d’effacement audio ? En quoi ces traces sont-elles comparables aux traces visuelles de l’effacement d’un dessin de Kooning par Robert Rauschenberg ?

Le » débruitage  » documente une première tentative d’utilisation des techniques de débruitage d’une manière créative et compositionnelle. Au lieu d’utiliser les algorithmes de réduction du bruit pour l’usage auquel ils sont destinés (la restauration de signaux audio endommagés), ces processus sont appliqués à différents enregistrements de trains, de rues, de salles de natation et de transports publics. Le fait que ces enregistrements sont entièrement constitués de bruits, cette opération les transforme en un curieux hybride d’artefacts sonores, de silence occasionnel et de traces des enregistrements originaux sur le terrain sporadiquement audibles.

https://soundcloud.com/richardeignerdenoising/freight-train-denoised

https://soundcloud.com/richardeignerdenoising/sherbrooke-outskirts-denoised

/////

Échanges d’artistes et d’ateliers-résidences entre le Québec et la Haute-Autriche

Considérant l’importance pour le gouvernement du Québec de développer des liens culturels durables avec la Haute-Autriche, le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) a conclu en 2014 une entente de partenariat de deux ans avec le gouvernement de la Haute-Autriche pour réaliser un échange de résidences de création et de ressourcement en arts visuels et en arts numériques. Ces résidences visent à favoriser l’établissement de liens durables et la confrontation de points de vue entre les artistes québécois et haut-autrichiens, contribuant ainsi au développement de leurs démarches artistiques.

Dans le cadre de cet échange, un artiste québécois pourra séjourner deux mois dans l’un des neuf studios composant la Résidence internationale d’artistes de la Ville de Linz et un artiste haut-autrichien effectuera une résidence de création d’une durée identique au centre SPOROBOLE, à Sherbrooke.

 

kulturlandOÖ calq_riap_web