ERIN GEE / ART-SCIENCE /

ERIN GEE

Pour la sixième occurrence du projet de résidence Interface : art/science, l’artiste Erin Gee s’immisce dans les laboratoires de l’Institut quantique de l’Université de Sherbrooke. Elle travaille en collaboration avec le chercheur Mathieu Massicotte, qui étudie la combinaison des matériaux 2D et des technologies quantiques.

Spécialisée en nouveaux médias et en art sonore, Erin Gee s’inspire de la matérialité du corps humain, de celle du son et des processus algorithmiques, pour aborder les aspects invisibles et incarnés de l’affect, de la communication et de la présence. Ses œuvres s’articulent autour des réseaux neuronaux, de la composition chorale, de l’ASMR, de la réalité virtuelle, de la performance musicale en réseau et de la robotique, dans une perspective féministe. Elle poursuit des études de doctorat en composition et création sonore à la Faculté de musique de l’Université de Montréal.

 

« En tant qu’artiste travaillant dans les nouveaux médias et le son, je suis continuellement inspiré par la matérialité du corps humain, la matière des processus algorithmiques et la matière du son lui-même. La physique quantique est un nouveau défi passionnant pour moi, car les comportements et les logiques de l’échelle quantique contredisent totalement les choses que nous tenons pour acquises dans le monde de la physique classique que nous habitons d’un point de vue humain. En prenant en considération la matérialité quantique, quelles voix, vibrations et infrastructures technologiques alternatives sont possibles, et comment cela correspond-il à mon intérêt pour la théorie féministe et les perspectives posthumaines ? » – Erin Gee