GENEVIÈVE CHEVALIER - CHARLES-ÉTIENNE BROCHU - THOMAS WATSON

GENEVIÈVE CHEVALIER - CHARLES-ÉTIENNE BROCHU - THOMAS WATSON
11.03 — 30.08 / 2018

Soutenant la pluralité des pratiques actuelles, nouvelles et critiques qui utilisent, questionnent, reconstruisent, ou revisitent l’idée même du numérique et de ses outils, Sporobole a récemment lancé un nouveau programme de résidence d’expérimentation, de formation et de production en réalité virtuelle. Visant les artistes de toutes les disciplines, ce programme de résidence a pour objectif d’offrir aux artistes un espace d’expérimentation propice au développement de démarches artistiques et d’approches critiques en réalité virtuelle.

Le programme propose une approche équilibrée entre la formation théorique et pratique, le développement des connaissances des enjeux, des limites et des possibilités du médium et l’expérimentation esthétique et technologique.

Le programme de résidence, d’une durée de neuf semaines, se déroulera du mois de mars à la fin du mois d’août et accueillera trois artistes, soit Geneviève Chevalier (Eastman), Charles-Etienne Brochu (Québec) et Thomas Watson (Montréal).

Geneviève Chevalier (Eastman)

La pratique artistique de Chevalier s’inspire principalement d’approches documentaires et contextuelles. Tourné vers des enjeux d’ordre écologique, géographique et institutionnel, son travail alterne entre l’installation reposant sur l’image, la création d’expositions ainsi que la recherche plus théorique et l’écriture. Son intérêt envers les images – qu’elles soient numériques, photographiques ou vidéographiques – se manifeste à travers des installations qui combinent des éléments très variés comme l’archive, le document, l’entrevue ou le spécimen. Dans le contexte de sa pratique artistique, elle s’intéresse tout particulièrement aux rapports qui unissent la réflexion critique à la contemplation esthétique. Son approche se déroule tantôt sur le terrain, tantôt dans l’espace d’exposition, à travers l’exploration, l’observation, la recherche et les rencontres. Ses recherches sont liées à des « questions » qui deviennent des sortes de moteurs propulsant l’œuvre.

Charles-Étienne Brochu (Québec)

La pratique artistique de Brochu se concentre essentiellement sur le dessin numérique. Il crée des images ambiguës où l’utilisation de couleurs éclatantes contraste avec la gravité des thèmes illustrés. Ses sujets de prédilection sont la sexualité, l’accumulation d’objets, la relation de présence et d’absence et la complexité du monde. Brochu crée des animations, des œuvres interactives, des impressions jet d’encre et des œuvres sur le web. Ces différents modes de présentation sont pour l’artiste des occasions de proposer des variations sur un même thème.

Thomas Watson (Montréal)

La pratique de Watson commence avec des objets existants. L’artiste localise les matériaux de son travail dans la constitution particulière d’un objet. Son concept d’objets peut inclure des trouvailles dans les magasins de seconde main, des objets laissés dans la rue, mais également un modèle 3D déjà conçu et disponible en ligne, ou une vidéo virale sur YouTube. Indépendamment de ces différences, il commence par travailler chaque objet individuellement pour trouver un point de départ pour la création d’une œuvre d’art. Par un processus de déconstruction d’un objet existant, il cherche un équilibre délibéré et prudent afin de ne pas se donner trop d’importance, de sorte qu’il puisse s’identifier aux matériaux et ne pas donner trop d’importance aux matériaux, de sorte qu’il puisse travailler librement.

 

calq_riap_web